Pia Petersen Le site officielSite de Pia Petersen

Logo de Facebook Logo de Twitter Logo de Linkedin Logo de Google+


Logo Le courrier de GenèveLe courrier de Genève (Eugène Ébodé) - Décembre 2013

 

Article de Eugène Ébodé paru dans Le courrier de GenèvePia Petersen
La pasionaria


LIVRE Préoccupée par le désossement de l’écrivain à l’ère médiatique, l’auteure danoise et francophile s’insurge contre la téléréalité dans son dernier roman.

Pia Petersen à Sablet

Elle vit à Marseille et chérit le nomadisme. Née en 1966 près de Copenhague, Pia Petersen a passé sa petite enfance en France, est retournée au Danemark avec sa mère après la séparation de ses parents, avant de revenir dans l’Hexagone à l’âge de 20 ans. Celle qui se décrit en riant comme une éternelle amoureuse déploie dans son huitième livre, Un Ecrivain, un vrai, une réflexion à la fois grinçante et tendre sur le devenir de l’écrivain à l’heure de la marchandisation de son statut et de la folklorisation de sa production. Dans le grand cirque médiatique où il doit s’agiter, l’auteur, écrit-elle, est sommé de se soumettre aux désirs du public et aux dogmes de l’écriture collaborative.

Paraître ou disparaître? Gary Montaigu, le héros stendhalien de Un écrivain, un vrai, vient de recevoir une récompense littéraire majeure et se cabre. Des producteurs de téléréalité lui font miroiter monts et merveilles, à la condition expresse qu’il écrive un roman sous le regard des caméras et l’intervention des téléspectateurs.
Il doit obéir à un unique commandement que sa femme, Ruth, lui susurre: «Sois moins littéraire. Tu sais que les gens n’aiment pas ça.» Le sourcil froncé, Pia Petersen est irritée et le dit: «Aujourd’hui, le bon profil tend insidieusement à remplacer l’oeuvre littéraire elle-même.»

ÉCRIVAINE OU RIEN

Elle se souvient de deux temps forts de son enfance, le premier marqué par une expérience singulière qui a profondément modifié son rapport à la mort. A la suite d’une allergie médicamenteuse, la jeune Pia, haute comme trois pommes, tombe dans le coma. On s’agite autour d’elle, sa mère est dévastée, mais la petite vit ce moment comme un entre-deux cotonneux et avenant. La dissociation du corps et de l’esprit produisit alors, se remémore-t-elle, un étrange sentiment de bien-être. Et lui a retiré toute appréhension ou crainte de la mort.
Du reste, ses livres, et singulièrement le dernier, reviennent parfois sur ce moment particulier où l’esprit, après un choc physique ou une émotion forte, s’émancipe des lois de l’attraction terrestre. Ainsi, Gary tombe d’une rambarde et lévite. Souvenir d’un instant qui dure...

Le second temps fort a lieu à 7 ans, devant une assemblée familiale sidérée. A la traditionnelle question badine concernant le métier de ses rêves, la réponse de notre auteure fusa: «Quand je serai grande, je serai écrivaine ou rien.» Les premières cartes postales qu’elle adresse à son père resté en France martèlent cette intime et précoce conviction.

LE GOÛT DU FRANÇAIS

A ceux qui s’étonnent de sa décision d’écrire en français, voire de vivre en France, Pia Petersen met en avant le choix personnel. Dans Une Livre de chair (Actes Sud, 2010), elle fustigeait la morale, critiquait le poids de l’économie spéculative et fulminait contre les manipulations liées aux variations des taux de change. «L’acte d’un homme libre est plus fort que tout, écrit-elle, puisqu’il procède précisément d’un choix personnel et non pas moral.»
Il en est ainsi de la langue française. A 20 ans, au moment de quitter sa terre natale et ses avantages sociaux pour se lancer dans une existence bohémienne ou aventureuse, elle était aussi «exaspérée par le caractère obéissant du peuple danois». La Californie l’attirait, elle pensa d’abord que la côte Ouest donnerait plus de consistance à son tempérament nomade. Mais elle posa son sac à Marseille, séduite par le côté éruptif des Français. Leur tendance à se rebeller l’enchantait, enflammait aussi son imagination. «Au Danemark, précise-telle en souriant, je m’écartais en permanence de la ligne droite. Je posais toujours les questions dérangeantes. Alors on m’excluait de partout, on me faisait passer pour folle. J’ai donc pris la tangente et il m’a fallu me débrouiller au dehors.»

Toujours en électron libre, Pia Petersen a publié cette année Instinct primaire chez Nil Editions, dans la collection «Les Affranchis». Il s’agit d’un livre épistolaire, vaguement autobiographique, qui a reçu un bruyant accueil tant l’auteure y dit non au mariage et réfute l’image de la femme assignée à l’unique fonction de reproductrice.

LA FAILLE COMME DOMICILE

Au fond, Pia Petersen confesse aimer habiter les lieux marqués et se sentir à son aise sur les territoires traversés par des lignes de faille. Comme Marseille et la Californie. Elle a aussi postulé à une résidence à Kyoto, par amour pour ces zones sismiques où tout se casse puis se reconstruit.
Ceci a-t-il un impact dans sa manière d’écrire? «Incontestablement, reprend- t-elle vivement, car on a parfois critiqué mes textes pour leur narration brisée, non linéaire ou répétitive. J’assume!» Une autre justification à ce choix narratif vient des modifications de nos rapports sociaux et de notre rapport à la langue. Comme «personne n’écoute plus personne», note la romancière, il faut insister, reprendre ce qui a été dit pour que ça pénètre les têtes. «J’écris pour enfoncer le clou. Il peut zigzaguer, mais le geste pour dire ce qu’on a envie doit être martelé.» Aussi, quand une idée l’obsède, elle s’assoit et écrit d’un jet. «Je suis une amoureuse perpétuelle qui ne se satisfait pas de la routine.»
Son prochain livre concerne Dieu, une montagne déjà effleurée dans son deuxième roman intitulé Parfois, il discutait avec Dieu (Actes Sud, 2004). Dans Mon nom est Dieu (à paraître en janvier chez Plon), la pasionaria inassouvie du questionnement explorera la vie et l’oeuvre du Créateur de toutes choses, à travers une approche biographique.
Intrépide est décidément le royaume de Petersen!
Eugène Ébodé

 

Retour Presse Un écrivain, un vrai

 

 
Partager sur vos réseaux préférés

Copyright © 2017 Site de Pia Petersen. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.