Pia Petersen Le site officielSite de Pia Petersen

PDF Imprimer Envoyer

Photo d'Alain MabanckouAlain Mabanckou

 

Pia Petersen, romancière du vertige psychologique


Depuis quelques années je ne cesse de signaler la singularité de l’écriture de Pia Petersen, écrivaine d’origine danoise qui écrit en français. Plusieurs de ses livres ont été publiés, dont Une fenêtre au hasard et Iouri aux Éditions Actes Sud. Son écriture serrée et nerveuse réhabilite le roman psychologique. Pia Petersen a su éviter les écueils du roman nombriliste. Même en se lançant dans une auto-fiction, elle sait s’ouvrir au monde, déplacer la géographie du récit et planter les décors d’un univers où l’Autre est plus que présent. C’est le cas de son dernier roman qui vient de sortir. Une livre de chair (Actes Sud). Livre de la « déchéance », de la grandeur et de la décadence de Romain qui, au crépuscule de sa chute revoit ses instants de gloire, ses errances dans les villes américaines (New York, Los Angeles…) C’est d’ailleurs à New York, autour d’une partie de poker que se retrouvent le Français Romain et sa « bande ».

Tous les personnages ont en commun les fêlures de l’existence. Ils savent ce qu’est la ruine et la "métaphysique de l'argent". Et s’ils ne le savent pas, ils ne sont pas loin de subir la lame de la crise économique. Romain, frappé d'une crise cardiaque dans un canapé, revisite les sentes de son existence et ne quitte pas des yeux sa bande qu'il scrute avec la patience d'un entomologiste. Le groupe est surpris par l’arrivée de trois gangsters. Une question de dette, de gros sous. Et dans ce milieu de la pègre on sait comment se règlent les conflits. Un huis clos saisissant et glacé où le piège se referme sur les personnages entre fumée de cigarette et odeur d’alcool…

Une partie de ce livre a été écrite chez moi, à Los Angeles. J’avais alors reçu Pia qui a résidé en Californie pendant une semaine. Nous visitions les villes californiennes: Venice, Beverly Hills, Hollywood, le centre de Los Angeles ou encore Malibu. J’ai invité Pia à assister à l’un de mes cours à l’Université de Californie-Los Angeles (UCLA). J’étais alors loin d’imaginer que mon ombre traverserait les pages d’Une livre de chair. Pia ne m’avait rien dit. Et j’ai découvert ces lignes:

«Une nuit, à Venice, il avait rencontré un écrivain français qui travaillait à l’université comme professeur de littératures francophones. Il s’appelait Alain Mabanckou. Il disait qu’un écrivain devait se pencher sur la mondialisation et il avait invité Romain à venir écouter l’un de ses cours. Romain le croisait souvent dans les boîtes de nuit de Venice. Alain portait toujours une casquette et des chaussures de luxe. Alain aussi aimait traîner la nuit, traverser la ville, rôder dans les bars et les boîtes. Il disait qu’il pistait sa matière de travail, des personnages qui émergeaient, des ambiances qui se détachaient et des bouts de dialogues parfois très imagés […] Il avait une tête de gangster, c’est ce que s’était dit Romain en le voyant, mais c’était un écrivain et ils discutaient littérature en buvant un verre. Romain l’avait invité à des soirées mais Alain avait refusé. Il pistait ses sujets, mais il aimait la solitude, c’était une grande gueule qui n’avait jamais peur d’aller sur le front et secouer les idées reçues mais il était aussi réservé et timide…»

Pia Petersen, Une livre de chair, éd. Actes Sud, Paris, 2010, 317p. 22 euros

 

Retour page Presse...

 

 
Partager sur vos réseaux préférés

Copyright © 2014 Site de Pia Petersen. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.