Récit des failles

Extrait

Philippe Raymond-Thimonga

Histoire de ma maison

 

J'habite une maison bien droite au bord d'une ville étendue au nord d'un pays situé à l'ouest de l'Europe. Il y a longtemps, vers 1840, un cousin, pas le mien je veux dire le cousin de quelqu'un d'autre, un cousin est parti de sa province pour tenter sa chance à Paris. Il ne voulait plus être paysan. Il n'en pouvait plus. Aussi, pour tenir la distance, il a bien rempli son sac de jambons et il a pris la route. Il s'appelait Collard. Lucien Collard. La maison que j'habite ( ainsi que celles alentours – un ensemble de trois bâtiments ) a été construite par lui, ses bras, sa femme, leurs enfants et leur kyrielle de petits-enfants... pierre à pierre construite par leur descendance... jusqu'à Madame Shaw. La toujours jeune et délicieuse Madame Shaw. 94 ans aujourd'hui. Ma voisine.

L'histoire que je vais vous rapporter maintenant est donc celle de Collard, le désormais fameux Lucien Collard, l'histoire des femmes et hommes aussi qui pas à pas, dos à dos vers la seconde moitié du dix-neuvième siècle ont bâti l'avenue en étoile où il a choisi, où il a jugé malin, Lucien Collard, de poser la première pierre d'une maison dressée sur ces hauts quartiers champêtres de la capitale, puis l'histoire de ses descendants et donc logiquement histoire des ascendants de la toujours jeune Madame Shaw, qui eut elle aussi une vie bien remplie, en Afrique notamment après la Seconde Guerre mondiale, où elle suivit son mari et éleva un temps ses enfants avant de revenir en Europe, après tout, en France, pourquoi pas, tiens à Paris au début des années 60 dans cette maison attachée à un groupe de trois bâtiments légués par sa famille, et dans laquelle, à peine quelques décennies plus tard, au 5e étage, je vins un beau jour habiter... par hasard... comme toujours.

C'est là, maintenant, au cinquième étage près de la fenêtre claire, que j'écris ces lignes où je m'apprête à faire scrupuleusement l'inverse de ce que j'ai annoncé : je ne vais pas raconter cette histoire. Non, je ne la raconterai pas. Non pas qu'elle ne soit vraie, d'ailleurs, ni forte, ni belle ou émouvante à raconter, cette histoire... Non ce n'est pas pour ça. Simplement parce que tout récit basé sur la relation exacte de faits réels m'ennuie, ami lecteur... visiteur... m’ennuie... mais m'ennuie...
Au-delà du possible.

 

 

Æ

 

 

Trois villages de pierre
sous une structure d'eau

 

 

Æ

 

 

L'au-delà du possible qui seul (probablement ?) m'intéresse.

 

 

Æ

 

 

C'est  sans  doute  pourquoi jusq'ici
je n'ai pas beaucoup parlé du Covid
19    :    immense    monde   matériel
dépeuplé  par   petit   être  invisible

 

 

Æ

 

 

La Terre malade de l'homme

 

Comme si
...quelque part dans l'univers notre planète avait soudain voulu se débarrasser d'une espèce entière par le biais d'un petit être invisible... provoquant aussitôt un regain de sa nature et le réveil de son monde animal... alors qu'en ce lumineux printemps 2020 dans les villes sidérées des religieux officiaient devant des temples vides... où Dieu même avait souhaité ne plus être... d'où même Dieu avait désiré fuir... prendre l'air ...
                      enfin dehors devenu pur.

 

 

Æ

 

 

Bande de Möbius

 

Les trois religions monothéistes forment parmi les hommes des œuvres étranges et magnétiques qui se rejoignent sans jamais se compléter
                   intimement elles se rejoignent sans faire semblant de s'unifier et plus de trois mille ans plus tard nous ne savons toujours pas pourquoi.

Sinon, selon l'usage, les trois religions du Livre produisent aussi de parfaites idéologies totalitaires. Et chacun sait très bien pourquoi !

 

 

Æ

 

 

Trois villages de pierre avec
feu sous une structure d'eau

 

 

Æ

 

 

Axiome

Haines racismes et autres rejets de l'autre

 

Il est parfois difficile aujourd'hui dans nos sociétés globalisées et identitaires d'échapper au double piège de la sur ou sous estimation du racisme. Double risque menant au même résultat affligeant de son renforcement. Un fait toutefois demeure incontestable :

dans n'importe quelle société et sous n'importe quel climat tout individu appartenant à un groupe dévalué devra pour s'insérer manifester plus de qualités que ne devront en faire preuve la moyenne des individus appartenant au groupe dominant

Fait n'entrainant pas toutefois que des leaders un peu énervé. e. s prétendant combattre le fléau universel du racisme ne basculent à leur tour dans une exclusion du Non Noir ( allez ne soyons pas effarouchés et osons prononcer le mot du stigmate : le Blanc : invalidé pour dénoncer le racisme par sa couleur même), à leur tour ne basculent dans une haine circulaire incroyablement régressive et contre-productive.

 

 

Æ

 

 

Les cloches

 

Les hommes sont de cloches.
Nous sommes tous des cloches.
De grosses, légères, lointaines minuscules fragiles ou monumentales mais tous des cloches.
Les hommes sont des cloches qui sans savoir, sans pouvoir, se balancent entre deux réalités, se balancent dans le vide entre deux falaises de l'absolu, un bref instant se balancent entre les bornes du tout et du néant.
Et qui résonnent.
Et qui, les homm. e. s, ensemble ou séparément,
résonnent.

 

 

Æ

 

 

Paris, dans la nuit du 14 au 15 avril 2019.

 

L'incendie de Notre-Dame

 

Pas de mots.

 

 

Æ

 

 

Car nous ne vivons plus parmi des pays déchirés toi et moi
vivons mêlés désormais dans un même et déchirant pays.

 

 

Æ

 

 

Paris, dans la nuit du 8 au 9 avril 2020.

 

Trois villages de pierre
avec feu
sous une structure d'eau

 

Cette nuit j'ai rêvé que j'entrais dans une pièce où se trouvaient sur des socles ( au milieu d'amis parlant dans la pénombre, parlant, bougeant et parfois regardant ) trois villages de pierre éclairés d'une lumière vive comme du feu, trois villages de pierre chacun posé au creux d'une structure entièrement composée d'eau.

Trois villages logés dans un cube ( ou parfois une coupe ) uniquement constitué d'une eau pure frémissante et solide.

Pour nous autres invités qui nous penchions sur ces œuvres d'une sculptrice contemporaine, je crois, compagne d'une amie écrivain peut-être, l'éclat de ces apparitions était immédiat : irradiant : inexplicable.

Alors nous sommes demeurés là.
Nous sommes restés là sans parler devant ces trois « objets » composés de pierre de feu et d'eau : muets devant ces présences sans nomination mais dont la saisissante beauté se trouvait, là, simplement, devant nous.

 

 

Æ

 

 

On ne vit jamais à la hauteur de ses révélations.

 

 

Æ

 

 

Embarquons vers l'extrême
contemporain
médiatique et hanté par tous les fantômes
de la transparence

 

 

Æ

 

 

New Technology

 

Entre le programme et le destin, entre l'empire du contrôle et la vie cousue de mort indéchirables, entre le règne sans partage du calcul et le vol indécis du destin... la caresse trouble planante et incertaine du destin
                             je choisis le destin.

 

 

Æ

 

 

Ces textes sont issus d’un livre de poésie en cours :
Récit des failles

A paraître le prochain roman de Philippe Raymond-Thimonga :
Adrian Æ
éditions Serge Safran
janv / fév 2022.

philippe recit failles capture