Passagers des vents

Résidence artistique et littéraire en Haïti

Pia Petersen, invitée en décembre 2011

La première réalisation de l’association a été de monter, peu de temps après le séisme du 12 janvier 2010, un programme de résidences qui a accueilli dans le cadre enchanteur de Port-Salut des écrivains et artistes venus de trois continents.
Ces artistes réunis ont suscité une envie : celle de créer une publication réunissant des contributions littéraires et artistiques. De là est née la revue qui va donner naissance tout naturellement aux spectacles taillés à la hauteur du beau rêve déguisé qu’est IntranQu’îllités.Ces artistes réunis ont suscité une envie : celle de créer une publication réunissant des contributions littéraires et artistiques. De là est née la revue qui va donner naissance tout naturellement aux spectacles taillés à la hauteur du beau rêve déguisé qu’est IntranQu’îllités.

Ces artistes réunis ont suscité une envie : celle de créer une publication réunissant des contributions littéraires et artistiques. De là est née la revue qui va donner naissance tout naturellement aux spectacles taillés à la hauteur du beau rêve déguisé qu’est IntranQu’îllités.

La résidence Passagers des Vents a été dévastée par l’Ouragan Matthew en octobre 2016. L’année 2017 sera le temps de la re-construction symbolique et matérielle, avec une volonté profonde de poursuivre l’accueil d’artistes et écrivains en résidence.

13e Salon du Livre LENNVOR
Le Relecq-Kerhuon (29)

26 et 27 novembre 2011

La Langue française en fête

Vendredi 25 novembre

Débat : "Cette France qu’on oublie d’aimer"
La délégation du Nord/pas de Calais de «La Renaissance française» organise sa première saison littéraire intitulée «La Langue française en fête».
Cette manifestation aura lieu du vendredi 25 novembre au samedi 26 novembre 2011 à Arras à l’ATRIA.

Séminaire Université de Trente
Italie

du 7 au 10 novembre 2011

XIIIe Rencontre Internationale
de l’Atelier du Roman

Nauplie (Grèce)
Samedi 1er – dimanche 2 octobre 2011

La Dernière Tentation de Nikos Kazantzaki
à l’ère de la spiritualité prêt-à-porter

Salon du Livre de Fuveau

3 septembre 2011

La Rentrée littéraire
Le Cap Ferret

25 août 2011

Les Nocturnes littéraires

10 août 2011 - Cassis
11 août 2011 - Les Marines de Cogolin
Le 12 août 2011 - Bormes-les-Mimosas

Journée du livre de Sablet

16 et 17 juillet 2011

Roman et vérité

Colloque des Treilles
4 - 9 juillet 2011

L’objet de cette rencontre, limitée à une vingtaine de participants, sera de scruter quel type de « vérité » ou de lumière nous arrive par l’écriture des romans.
Celle-ci ne relève en effet ni de la vérité scientifique, ni des informations médiatiques, ni des documents étudiés par l’histoire, ni de la philosophie, ni des croyances religieuses ou idéologiques…, auxquelles le roman emprunte éventuellement ses matériaux mais dont il marquerait plutôt les limites. Et la vérité romanesque se démarque aussi de celle de la poésie, ou du théâtre, qui suivent d’autres systèmes sémiotiques.
Il suffit de s’être enfoncé une fois dans la lecture d’un grand roman, ou de s’être essayé à en écrire, pour sentir ce que le choix du romanesque a de spécifique ; il touche moins au monde de la nature qu’à celui de nos relations ou de nos passions ; il offre donc un concentré de culture, et l’approche des autres cultures passe en effet souvent, pédagogiquement, par la lecture d’un roman. On a vécu quelque chose de la Chine impériale quand on a lu Au bord de l’eau, ou René Leys ; et quelle meilleure lunette que Balzac pour scruter la Monarchie de juillet ? Mais cette compréhension ne se résout pas vraiment en savoirs explicites. Les romans gardent leur part d’ombre et ils enferment des secrets, qu’ils fixent sans les dévoiler tout à fait ; ils parlent par énigmes (d’où les assauts renouvelés et peut-être sans fin ni dernier mot de la critique autour des romans) ; leur vérité, symptômale plus que déclarative, n’est pas forcément volontaire : un romancier peut dire la vérité sans le savoir ni le faire exprès, il ne sait pas lui-même à quel point il a vu juste et sa propre raison lui échappe ; en bref, son mentir-vrai demande à être déplié avec soin. Mona Ozouf a bien parlé des aveux du roman – qui appellent une écoute, et exigent un interprète.
Que veut dire romanesque ? Quelle part inexpugnable du monde extérieur pénètre nos fictions préférées ? Et ce « réel » d’ailleurs, comment l’entendre et le localiser au fil des successives avant-gardes qui ont manifesté précisément au nom du réel, du vrai ou de la «vie» ? Le réalisme en art n’est pas un choix ni une école, il nous arrive par surprise, et il entraîne pour ceux qui s’en réclament bien des malentendus.
Daniel Bougnoux

Salon du Livre
de Villeneuve-sur-Lot

21 et 22 mai 2011